Actualités Lead Génération

14 octobre 2015

Assurances et objets connectés

De nos jours, les objets connectés représentent une nouvelle opportunité à saisir pour beaucoup d’entreprises.
La question que l’on pourrait se poser est : quel usage pouvons-nous en faire dans le domaine des assurances ?

Il y a plusieurs objets connectés qui peuvent s’adapter aux assurances. Prenons l’exemple de l’assurance santé, celle-ci a su utiliser la tendance des objets connectés. En effet, plusieurs objets tels que les bracelets connectés mais aussi des tensiomètres ou des balances accompagnent l’usager afin d’anticiper les potentielles maladies qu’il peut engendrer. Ces objets mettent à disposition des conseils bien être par exemple. Grâce à ces informations, L’assureur connaît davantage sa clientèle et à la possibilité de proposer des tarifs sur mesure. Il va ainsi permettre à ses clients de débourser un prix adéquat selon l’importance du risque détecté.

Dans un secteur différent qui est celui de l’automobile, certaines entreprises souhaitent elles aussi se lancer sur le marché des objets connectés. Par exemple, l’application mobile Axa Drive permet aux conducteurs de communiquer des renseignements sur ses habitudes de conduite. Les voitures sont de plus en plus connectées, et le développement de nouveaux services en adéquation avec les besoins des clients dans le secteur des assurances pourra être facilité grâce à ce genre de procédé.

Les assureurs expliquent qu’avec la remontée d’informations personnelles qualifiées provenant des automobiles, ils auraient la possibilité d’éviter les pannes par exemple, en proposant au conducteur de s’orienter vers une station d’essence. Dans cet exemple, les professionnels économiseront la couverture du sinistre en augmentant en même temps la satisfaction de ses clients puisqu’ils leur éviteront de leur faire perdre du temps.

Les assurances logements sont elles aussi touchées par ces changements. Divers moyens de détection (les fuites, les incendies…) sont adaptés pour la mise en place d’un appartement ou d’une maison connectée, qui dans ce contexte aussi permettrai d’éviter des risques. De plus, l’assureur pourrait facturer son client selon la réalité des dangers potentiels d’un logement.