Le Growth Hacking : c’est quoi ?

Un terme que l’on entend de plus en plus dans le jargon marketing mais qui reste encore assez énigmatique est celui de Growth Hacking. Dans cet article, nous allons tenter d’expliquer ce qu’est le Growth Hacking, quelles sont les origines de cette méthode et encore bien d’autres points sur cette pratique qui fait fureur dans l’univers du webmarketing.

Qu’est-ce que le Growth Hacking ?

Vous vous demandez si votre entreprise est concernée par le Growth Hacking ? Si vous pourriez tirez parti de cette méthode pour vous développer ? 

Certains diront que le Growth Hacking n’est pas vraiment une technique en soi, mais plutôt un état d’esprit. Il s’agit en effet d’aider une entreprise à générer une croissance la plus rapide possible ayant recours à des méthodes créatives, parfois non conventionnelles. 

Le Growth Hacking est en réalité une méthodologie pour attirer des clients plus rapidement, en utilisant tous les moyens marketing à sa disposition. Faire le plus possible avec le minimum de ressources, en quelque sorte.

Redoutablement efficace, le Growth Hacking est donc un moyen de détourner intelligemment des techniques marketing pour obtenir plus rapidement des résultats. Autrement dit attirer des prospects, les transformer en clients et les fidéliser

Même si le Growth Hacking peut s’appliquer à toutes les entreprises, cette méthodologie est particulièrement adaptée pour les startups dans le domaine technologique. Ces dernières ont en effet besoin de peu de ressources pour se lancer et vont de ce fait avoir peu de moyens à attribuer au lancement. 

Les origines du Growth hacking

Le terme Growth Hacking (littéralement piratage de croissance) a été inventé en 2010 par l’américain Sean Ellis. Cet entrepreneur travaillait à l’époque chez Dropbox et souhaitait innover en poursuivant sa propre carrière. Il s’est rapidement rendu compte que de nombreuses startups technologiques doivent se lancer avec peu de moyens.

C’est alors qu’il a eu l’idée pour recruter son remplaçant de mettre une annonce pour un poste de Growth Hacker. Le candidat en question devait pouvoir identifier les canaux d’acquisition de clients et faire évoluer la croissance en utilisant des stratégies créatives et peu coûteuses.

Depuis son départ de Dropbox, Sean Ellis a fondé sa propre entreprise et son site devenu une référence dans le domaine du Growth Hacking.

3 puissantes techniques de Growth Hacking

Mettre en place une stratégie de growth hacking nécessite de développer et de combiner de nombreuses actions. Nous ne parlerons pas ici des techniques de marketing qui ont fait leur preuve au sens large (marketing de contenu, emailing, SEO) mais plutôt des tactiques qui permettent d’aller chercher le prospect là où il ne s’y attend pas, de le transformer en client et de le fidéliser. 

Ainsi, parmi les activités les plus redoutables de Growth Hacking, citons :

Le marketing d’influence

Cette stratégie marketing utilise le pouvoir d’influence des leaders d’opinion pour faire la promotion d’une marque ou d’un produit sur les réseaux sociaux. Les influenceurs quand à eux gagnent leur vie en produisant du contenu attractif pour leurs abonnés

Le recrutement d’ambassadeurs est un très bon exemple de cette technique. Cela permet d’utiliser l’expertise de certains utilisateurs comme un levier pour recruter d’autres utilisateurs moins actifs. En partageant des contenus auprès de leur communauté sur les réseaux sociaux, les ambassadeurs accroissent la visibilité d’une entreprise et l’apport de nouveaux clients potentiels.

La prospection sur Linkedin et les réseaux sociaux

La prospection sur Linkedin est un moyen efficace de faire connaître les produits et services auprès des professionnels. Les professionnels sont en effet devenu plus difficiles à contacter par le biais de canaux d’acquisition classiques comme l’emailing ou la prospection téléphonique. Le contact par Linkedin permet un contact facilité dans un climat de confiance. De plus, Linkedin permet également de faire du marketing outbound (invitation à des évènements, par exemple). 

La création de landing pages

Une landing page optimisée est aujourd’hui la clé de toute bonne stratégie de Growth Hacking. C’est un levier très important pour l’acquisition de leads.

Une landing page optimisée utilise des formulaires dynamiques centrés sur les besoins des utilisateurs. Elle va permettre de  transformer un simple visiteur en prospect qualifié.

Chaque landing page doit contenir une seule proposition et s’adresser à un seul persona. 

D’autres activités peuvent inclure : 

  • L’automatisation des réseaux sociaux  avec des outils de gestion centralisée comme Hootsuite
  • Le web scraping (extraction de contenu d’un site web)
  • L’emailing (prospection, relances, en utilisant parfois des logiciels gratuits)
  • La publicité digitale (CPC ou CTR) 
  • Le SEO
  • L’analyse de données (avec Google analytics ou d’autres outils spécialisés en data analytics comme Mixpanel)
  • L’achat de leads

Que penser des techniques de Growth Hacking ?

Les techniques de growth hacking sont parfois jugées non conventionnelles. Certains hacks se situent parfois à la limite de la déontologie. Dans tous les cas, il convient de bien respecter les règles et de se conformer aux valeurs de l’entreprise.

Il est souhaitable d’expliquer clairement sa démarche aux utilisateurs et de laisser le choix afin de maintenir une relation de confiance entre l’acheteur et le vendeur.

Alors, prêt à booster votre entreprise rapidement avec un budget réduit grâce aux techniques de Growth Hacking ? Contactez-nous !